Flux RSS

Cohabitation piétons cyclistes à Strasbourg : le point Homme de Fer.

Publié le

Il y a un moment que je n’ai pas écris ici, mais la tribune sur la cohabitation piétons cycliste publiée dans Rue 89 édition de Strasbourg me donne l’occasion de mettre mon grain de sel sur un des points noirs de la ville en terme de circulation : l’épicentre de Strasbourg, le secteur Homme de Fer / Kléber.

Cette place  est très problématique en terme de circulation, qu’on soit piéton, cycliste, usager des transports en commun ou automobiliste.

Concernant la place de l’Homme de Fer, il faut impérativement la contourner pour gagner du temps et éviter de provoquer le courroux des piétons qui ont rédigé cette Tribune accusatrice.

1/ prolonger la rue des Grandes Arcades (c’est à dire, globalement, mettre pied à terre toutes les deux secondes.)

2/ traverser la rue de la Mésange au niveau du Monoprix (aaaattention au tram !)

3/ passer dans cette petite rue étroite autorisée aux cyclistes, mais largement occupée par : des piétons (oui, vous avez le droit d’être là, mais tenez votre droite, merci, bisoux) et  les véhicules de livraison des magasins (stationner au centre ville est aussi une galère sans nom, big up les automobilistes courageux).

4/ suivre la piste cyclable de la rue Thomann, avec ce drôle de virage coudé où les automobilistes ne vous voient arriver au dernier moment (c’est l’un de ces endroits dangereux où je me suis pris une voiture de front. J’ai sauté du vélo, mais c’était trop tard pour ma roue avant).

5/ déboucher sur le quai de Paris, un peu avant Smart, où les automobilistes, tout contents d’avoir une onde verte, dépassent joyeusement les 30km/h et te klaxonnent avec fureur parce qu’ils n’ont pas remarqué que le quai était en contresens cycliste.

6/ arriver sur le pont de Paris, et là, c’est le drame. Les piétons qui vont prendre leur bus ligne 6, les cyclistes qui suivent le quai Kléber en ligne droite, le tram D qui coupe la route …

Mais quel bordel :D

Je ne vous explique même pas la consternation pendant le marché de Noël.

Je vais me faire l’avocat du diable, mais je pense que les voies piétonnes du secteur Homme de fer / Cathédrale devraient le rester.

C’est de toute manière impossible d’y circuler à vélo efficacement, et sans déranger les piétons.

PAR CONTRE j’aimerais qu’en contrepartie, un périphérique central cycliste soit créé sur les quais suivants :

  • Quai de Paris
  • Quai Desaix
  • Quai de Turckheim
  • Quai Finckwiller
  • Quai Charles Frey
  • Quai St Nicolas
  • Quai des Bateliers.

J’aimerais aussi des points de stationnements plus nombreux aux endroits précités.

Idéalement, il faut que le cycliste puisse se garer en périphérie du centre ville (quai St Thomas par exemple) et rejoigne son lieu de rendez vous à pieds.

Ce périphérique éloignerait les cyclistes pressés du pénible îlot central, tranquilliserait les mamies, et permettrait, en outre, de gagner la gare plus rapidement.

Quand je dis aménagement je ne parle pas uniquement de marquage au sol, je parle d’un revêtement cyclable plus confortable, sans nids de poule au bord du trottoir.

Si on souhaite qu’un cycliste ne roule pas sur les trottoirs, il faut lui donner une chaussée adaptée à son véhicule, moins costaud qu’une voiture.

Pour terminer, j’ai envie de reprendre les propos de Lycelle, que je salue au passage, qui me paraissent pleins de bon sens :

"Ce n’est pas bien compliqué de cohabiter, il suffit de regarder où l’on marche."

About these ads

À propos de Chulie

Alsacienne Corsaire, Cycliste Dev. Dur, Cheveux indépendantistes, Lave linge sous Linux, Mutante numérique, Subversive mine de rien, Kinks and Clash.

"

  1. Merci pour la citation ;o)

    En ce qui concerne les infrastructures de Strasbourg, je ne suis pas tout à fait d’accord pour déposer mon vélo à l’extérieur de l’île et faire le reste à pieds. J’habite le centre ville et si les voitures peuvent se garer en bas de chez moi rue du 22 nov, je ne vois pas pourquoi je devrais laisser mon vélo 500m plus loin… J’utilise le parking à vélo de la rue du fossé des tanneurs et passe chaque jour par la place de l’homme de fer. Je n’y rencontre jamais la moindre hostilité. Je roule au pas. Je souris. Les gens sont gentils tant que je ne force pas le passage. Mes problèmes commencent paradoxalement au niveau de la rue du travail avec la piste cyclable, qui devrait me permettre d’enfin prendre un peu de vitesse, et où j’attends des piétons la mm courtoisie que celle dont j’ai fait preuve dans la 1ere partie de mon trajet. C’est là qu’ont lieu 99% de mes conflits avec les piétons, qui précisément ne font souvent preuve d’aucune courtoisie.

    J’ai trouvé la tribune chez Rue89 assez anti-cycliste et très révélatrice de ce que pensent bon nombre de piétons pour qui le cycliste est purement et simplement un emmerdeur qui empiète sur LEUR territoire. Cela vient le plus souvent de la part de gens qui n’ont jamais posé leur cul sur une selle. Du moins jamais pour faire autre chose qu’une balade dominicale annuelle de 10mn à Piplenheim les sous-bois pour aller nourrir les canards…

    Alors quand je les entends dire que c’est scandaleux de ne pas pouvoir marcher tranquille en ville, ça me hérisse le poil. Surtout quand on voit à quel point ils sont pour la plupart ignares des infrastructures qui composent la ville, inconscients des différents revêtements et couleurs, inattentifs à la signalisation. Car il y a des endroits où l’on peut parfaitement marcher le nez en l’air !!

    En tout cas, si je constate un manque de respect évident des infrastructures cyclables par des piétons, et ce quel que soit l’endroit où se trouve la piste cyclable (celle de la rue du 22nov est un enfer, alors qu’il est assez clair que ce n’est pas un trottoir…), je constate aussi un manque évident de respect des piétons de la part de cyclistes qui roulent à la va-comme-jte-pousse…

    J’ai vraiment l’impression que les problèmes de cohabitation, plutôt que des infrastructures, proviennent de l’attitude des gens. Si tout se passe bien dans des pays comme les pays-bas, c’est que le vélo y est tellement répandu que tout le monde en a intégré les contraintes.

    On a bien réussi à prendre l’habitude de ne pas se promener le nez en l’air au milieu des routes, on finira bien par se faire aux pistes cyclables… Un jour…

    Réponse
    • Bonjour Lycelle,

      Restons mesurés : quel est l’intérêt premier du Code de la Route? De favoriser la cohabitation et l’emploi raisonné de l’espace public. Si on le respectait de façon relativement sérieuse ça ne poserait que rarement de problèmes. Seulement voilà, le souci c’est que le respect ça s’impose et pas de façon ciblée vers une seule catégorie d’usagers et pour un seul type d’infraction (genre le stationnement).

      Malheureusement l’absence de sanction encourage directement l’incivilité. Des cyclistes qui refusent de rouler au pas à l’approche d’un groupe de piétons? Des piétons empruntant les axes de piste cyclable? Des automobilistes refusant de céder le passage aux autres usagers?
      Il ne faut pas chercher : si cela était sanctionné, le comportement en serait tout autant modifié.

      Lorsque je suis en Suisse, je n’éprouve aucun sentiment d’agression car il y a une réelle harmonie. De même qu’en Allemagne du sud. À Strasbourg, ce n’est pas le cas : chacun pratiquement interprète le Code de la Route comme il l’entend!

      Les cyclistes pour en revenir à eux, enfin à moi car je le suis tout autant même si plus modestement que d’autres, n’ont pas vraiment à se plaindre car les infrastructures existent et sont tout de même de bon niveau. Il est vrai qu’il peut (et il doit) y avoir du mieux mais dans l’ensemble en trente ans il y a eu de réels efforts de consacrés à ce mode de locomotion. En revanche le piéton est resté le parent pauvre : il suffit de regarder par exemple du côté de l’Hôpital Civil où la piste cyclable détonne par rapport au trottoir d’en face qui se jonche de mares en cas de pluie soutenue…
      Les cyclistes peuvent emprunter à leur guise pistes, chaussées et trottoirs mais les piétons? À part les trottoirs fondamentalement il n’y a pas d’alternative. Lorsque quai Finkwiller je vois des cyclistes qui force malgré tout le passage sur une bande de trottoir étroite, je ne peux m’empêcher de leur signifier vertement!

      Du reste, entre cyclistes, la cohabitation n’est pas non plus commode : sur les grands axes, il n’est pas très agréable de se faire frôler par des bolides à pédales qui vous manifestent bien leur supériorité.

      Alors maintenant peut-être un peu de courage politique? Et enfin que l’édile se saisisse sérieusement du dossier pour le traiter convenablement?

      Cordialement

      Réponse
  2. Bonjour Chulie,
    désolé, pas trouvé mieux pour te contacter que de poster un commentaire.
    On organise une petite ballade cycle chic samedi 30 juin. Alors si ça te dis et si ça tente certains de tes lecteurs avertis, welcome !
    http://strasbourgcyclechic.blogspot.fr/2012/06/30-juin-ballade-cycle-chic-strasbourg.html
    A bientôt
    Vincent – Strasbourg Cycle Chic

    Réponse
    • Bonjour Vincent et merci de ta visite !

      J’ai bien noté l’évènement sur ton blog, et j’ai aussitôt diffusé l’info via twitter.

      Malheureusement, je ne serai pas sur Strasbourg samedi prochain, mais j’espère que vous serez nombreux, et que tu organisera une autre ballade Cycle Chic dans le courant de l’été.

      Dans tous les cas, je suis impatiente de voir les photos !

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: